• Offre fête des mères -30% sur le deuxième article le moins cher avec le code MAMA24
  • Offre fête des mères -30% sur le deuxième article le moins cher avec le code MAMA24

Le nouveau bandage carpien magnétique est disponible !

Pour ce nouveau modèle, nous avons travaillé tout particulièrement sur l'anneau, une nouvelle matière extrêmement moelleuse permet un accrochage autour du pouce tout en douceur. Le puissant système magnétique qui équipe le bandage a été conservé, son efficacité démontrée faisant l'unanimité.

Découvrir le nouveau bandage carpien, une création 100% Auris

Comment agissent les aimants thérapeutiques ?

C'est une question qui revient souvent : comment des aimants puissants placés sur la zone douloureuse peuvent-ils produire une action antalgique ?

En plaçant les aimants de part et d'autre de la zone douloureuse, on crée un puissant champ magnétique entre les 2 aimants. Ce champ magnétique va interagir avec la circulation sanguine et produire des charges électriques, c'est la loi de Faraday.

Les charges électriques vont limiter le signal "douleur" envoyé vers le cerveau. Celui-ci détecte un élément "agresseur" et envoie des endorphines, la morphine naturelle du corps, vers la zone agressée. La douleur est soulagée, naturellement.

La thérapie magnétique repose sur ce principe, elle a été décrite et démontrée par Auris. Alors pas de croyance sur une action magique des aimants, c'est de la physique pure, dès que le sang circule dans un champ magnétique puissant, l'action antalgique est là !

    Les crèmes anti-rides sont-elles efficaces ?

    Les rides font partie du vieillissement naturel, et à moins d’avoir recours à de la chirurgie ou à des injections il est impossible de n’en avoir aucune. L’apparition des rides et ridules (les plis moins profonds) est due à plusieurs facteurs. Avec les années, la peau perd en élasticité, du fait de la réduction du nombre de fibres élastiques et de fibre de collagènes. Ces deux types de fibres forment un réseau dans le derme, situé entre la couche supérieure de la peau (épiderme) et la couche la plus profonde (hypoderme). De plus, avec l’âge, la peau perd en hydratation et devient plus fine, notamment au niveau de la couche de gras de l’hypoderme. Enfin, les UV jouent un rôle très important dans l’apparition des rides et des signes de l’âge.

    Au-dessus de l’épiderme est situé la cuticule, une barrière constituée de cellules mortes. Pour véritablement restaurer la peau, les actifs doivent donc passer toutes ces couches. Si certaines petites molécules peuvent pénétrer en profondeur, l’âge peut justement limiter cette absorption du fait de la déshydratation de la peau. De plus, les principes actifs qui forment des films entre eux, comme le collagène ou l’acide hyaluronique ne pénètrent pas la peau. Mais cela ne les empêche pas de réduire la visibilité des rides et ridules : en effet, en formant un film par-dessus la peau, ils permettent de maintenir son hydratation. Une étude a montré que l’effet est le même quel que soit le prix de la crème, du moment où elle contient l’acide hyaluronique. La solution gagnante : associer l'acide hyaluronique à l'action magnétique. En effet, le champ magnétique (créé par exemple par le masque visage Juvelys) va faciliter l'absorption par la peau des principes actifs des crèmes de beauté en diminuant la taille des molécules.

    Découvrir le masque Juvelys, une création 100% Auris

    L'eau magnétisée renforcerait les propriétés du béton

    Une étude algérienne menée par Bouhcida Youssef du département de Génie Civil de l'Université Mohamed El-Bachir a étudié l'effet de l'eau magnétisée sur les propriétés physico-mécaniques du mortier de ciment.

    Ses conclusions sont formelles : l'eau magnétisée améliore la résistance du béton à la compression, à la traction et à la flexion.

    On pense naturellement que ces résultats sont dus au pouvoir plus mouillant de l'eau magnétisée et sa tension de surface plus faible qui favorise les liens physiques avec le ciment.

    Ces réactions constatées avec le béton sont bien sûr une extrapolation de celles déjà constatées sur le vivant, de l'humain au végétal.

    Consulter l'étude : https://dspace.univ-bba.dz/handle/123456789/595